VOYAGE AU CENTRE DE LA TERRE
  • PROGRAM: Natural History Museum . SIZE: 8600m2 . LOCATION: Fribourg, CH . CLIENT: Fribourg City . STATUS: Competition . TIME: 2019
  • CONTINUITÉ VERTE
    Le site du dépôt de l’Arsenal est situé dans une zone urbaine stratégique. Entre une partie haute et une partie basse, entre une zone bâtie et une zone plus ouverte et dans la croisée des deux axes de mobilité douce, l’espace de l’Arsenal semble être la pièce manquante de la continuité verte potentielle visible à la grande échelle. En effet, en considérant le site comme étant un espace public vert et ouvert, une continuité morphologique restructurant le contexte urbain peut naitre : le Bois des Morts, le parc urbain (parc des Pérolles), le nouveau parc culturel (parc du MHNF) et le parc d’habitation (futur développement des trois tours à l’ouest de l’Arsenal) forment alors un réseau impactant le tissu urbain.
    Ainsi, l’axe de mobilité douce orthogonale à la voie ferrée profite du nouveau parc culturel du MHNF pour se connecter naturellement au Bois des Morts.
    De par sa position, l’espace du nouveau musée a le potentiel de devenir un liant avec son environnement direct.

    LIANT URBAIN
    À proximité de la zone du projet, la Route des Arsenaux est bordée de part et d’autre par des constructions de logement collectif. Le dépôt de l’arsenal interrompt ce système d’alignement. Le long volume est implanté orthogonalement à la route libérant ainsi un espace ouvert tenu par ce dernier. Le projet tente de conserver cette poche urbaine.
    Profitant de la topographie en habitant la différence de niveau, l’extension du musée s’efface. L’arsenal est revalorisé et devient le volume dominant du musée. Une nouvelle façade articule alors un espace public bas, connecté à la Route des Arsenaux et un espace public haut, en belvédère sur le tissu urbain. La partie basse permet l’accès à tous les flux urbains ; camion de livraison, bus, minibus, dépose-minute, vélos ou piétons débouchent sur cette place minérale ayant une pente douce vers l’entrée du musée. L’escalier nouvellement construit au nord du site est complètement intégré au projet et devient un accès à la partie haute de l’espace public : le toit planté de l’extension du musée.
    En continuité directe avec le rez-de-chaussée supérieur du dépôt de l’arsenal, le nouveau toit intègre l’axe de mobilité douce longeant l’ancienne voie industrielle ainsi que le jardin de la nouvelle crèche. Cette partie supérieure est un jardin culturel où piétons et cyclistes viennent déambuler entre des volumes énigmatiques, les zones plantées et le long des larges allées sinueuses pour accéder aux parties du programme ouvertes au public, rejoindre la partie basse, se poser ou encore continuer leur balade sans interruption.
    Construire dans la topographie permet au nouvel espace public de conserver une porosité urbaine liant ses alentours avec fluidité.

    ARCHÉTYPE
    Sur la dalle couvrant l’extension du musée, des volumes anecdotiques articulent et hiérarchisent les flux. Terrasse du restaurant, déambulation, espace pique-nique et animations ou encore accès pompiers cohabitent alors. Ces formes émergentes sont intimement liées à l’espace muséal au-dessous. Canons à lumière, patio ou couverture des espaces d’expositions temporaires ont des formes intimement liées à leurs fonctions. En référence aux fouilles archéologiques, le plan horizontal ne laisse paraitre que les archétypes du monde d’en dessous, du monde oublié, du monde passé. Ce sont ces éléments sculpturaux et ludiques qui qualifieront la nouvelle identité du MHNF. Leur échelle, inférieure au dépôt de l’arsenal, intègre le bâtiment de la crèche qui participe aussi à la qualification de l’espace public, « effaçant » ainsi la frontière entre le monde du musée et le contexte environnant.
    Ce principe d’élément articulateur s’étend aussi à la partie basse de l’espace public.
    L’espace extérieur devient finalement un espace urbain poreux, fluide s’organisant autour d’éléments reconnaissables et fonctionnels.

    ESPACES FLUIDES
    Le principe de fluidité de l’espace public s’étend aussi à l’intérieur du musée. Des noyaux, de dimension contrôlée, accueillent la technique et la partie du programme spécifique, libérant ainsi l’espace de l’exposition permanente, de la médiation, des services et de l’administration. Ces volumes permettent d’organiser le projet en évitant la présence de mur. Ils qualifient l’espace libre qui se profile entre eux, crée des tensions et oriente les fonctions suivant les besoins. Ces noyaux laissent la périphérie libre. La totalité du bâtiment patrimoniale, sa façade et sa structure deviennent alors complètement lisibles et revalorisées.
    L’extension accueille principalement l’exposition permanente. C’est un espace libre et liquide qui coule entre les noyaux ; son sol change de niveau, son plafond reste droit. Un espace sombre et mystérieux nous laisse découvrir le patrimoine naturel. La lumière extérieure ne pénètre qu’à certains points et uniquement depuis le plafond. Trois canons à lumière et un patio rappellent le fait d’être dans un environnement calme, mystérieux et enterré. La visite transite naturellement dans l’arsenal dans la même logique d’espace fluide. Un grand escalier tenu par deux noyaux débouche au premier niveau, dans la forêt de poteaux de l’arsenal.

    Au rez-de-chaussée l’espace extérieur est tenu d’une part par la nouvelle façade du musée, un mur ayant comme seule ouverture l’entrée de l’accueil et d’autre part par le dépôt de l’arsenal mettant en avant les ateliers du musée généralement cachés. Ateliers de taxidermie, de menuiserie, de mécanique, de couleur et de colle, qualifient cet espace extérieur représentatif et donne la possibilité à ces activités de s’étendre sur le parvis.
    De la même manière, à l’étage, le restaurant, le foyer multifonctionnel et l’atelier de médiation sont en relation totale avec le jardin. Ici, un accès direct et indépendant reste possible.

    Le musée d’histoire naturelle de Fribourg peut s’étendre en hauteur grâce à l’ajout d’un niveau au bâtiment de l’Arsenal. Le patio séparant l’espace muséal au restaurant peut accueillir un nouvel escalier pour accéder au nouvel étage du musée.

    ORGANISATION EN BOUCLE
    Il est possible d’approcher l’exposition permanente de deux manières.
    Depuis la route des Arsenaux, le visiteur descend doucement vers l’accueil pour s’acquérir des tickets et continuer directement dans l’exposition permanente ou temporaire. Il finira sa visite à l’étage dans le restaurant et le foyer multifonctionnel. Ici il pourra choisir de sortir sur la terrasse ou de manger un bout.
    Un autre scénario imaginable serait de commencer la visite depuis le haut. Un visiteur ayant déjà ces entrées pourrait accéder à l’exposition permanente depuis le restaurant.

    MATÉRIALITÉ ET STRUCTURE
    Le pisé est majoritairement utilisé pour la stabilité de l’extension. Les noyaux accueillant les expositions temporaires, le local de service, ou le patio ainsi que les murs du soutènement portant la dalle de l’espace public plantée, participent à l’identité du lieu : un espace sous terre contenu par du pisé. Ce matériau, en plus de son aspect brut complètement intégré au thème du projet, apporte une dimension écologique, low-tech et locale non négligeable.
    Le béton est utilisé uniquement là où une autre alternative nuirait à la qualité de l’espace. La dalle du toit est en structure mixte bois/béton apportant des solutions aussi bien techniques (grande portée) et économiques qu’esthétiques. Depuis l’intérieur, l’espace fluide se glissant entre les volumes en pisé a donc un plafond en latte de bois orienté dans la direction de la portée de la dalle collaborante.
    Dans le dépôt de l’arsenal, isolé par l’intérieur, la majorité des colonnes sont conservées et visibles.
    Depuis l’extérieur, le bâtiment patrimonial, volume dominant du projet, est entièrement nettoyé et repeint ; les formes anecdotiques en pisé activent l’espace extérieur.

    DALLES MIXTES
    Le bois fait partie intégrante du projet. Dans l’extension, la dalle de toiture est un système mixte bois/béton. Le coffrage en lattes de bois reste visible et participe à la stabilité de la dalle.
    Dans le bâtiment de l’Arsenal, le même principe est mis en œuvre. En conservant le plancher existant et en y vissant sur toutes les gites gardées visibles un panneau OSB, du béton coulé sur toute la surface du plancher renforce la structure existante. Le plancher existant devient alors une dalle collaborante bois/béton.
  • Crédits
    Architects: Frédéric Karam . wood x mug . Stability Engineer: UTIL . CVSE + MCRG: Chammartin & Spricher SA
  • 2008
  • 2019
  • List
  • of
  • Projects
_
  • 2008 - 2019 : List of Projects
  • BLAES, BE
  • Frédéric Karam
  • CHUQ, FR
  • Frédéric Karam
  • THE CONTROL AND THE UNEXPECTED
  • Joffrey About, Frédéric Karam
  • TRIANGLE HOUSE, BE
  • Frédéric Karam
  • DUCHESSE, BE
  • Frédéric Karam
  • KUMPS, BE
  • Frédéric Karam
  • 449,5 Km, NL
  • Nicole Froehlich, Frédéric Karam, Michiel Van Der Loos
  • ZAV, BE
  • Frédéric Karam, Michiel Van Der Loos, Harold Vermeiren
  • KOTO, BE
  • Nicole Froehlich, Frédéric Karam, Michiel Van Der Loos
  • Al Dabal compound, SA
  • Frédéric Karam, RAUM404
  • Lx3, LB
  • Julien Ecoffey, Léonard Gurtner, Frédéric Karam
  • Huis Voor Een Visser, BE
  • Frédéric Karam, Olivier Roegiest
  • Lisière, CH
  • Marnie Amato, Nathanaël Chollet, Frédéric Karam
  • Wall Villa, LB
  • Frédéric Karam, Mio Tsuneyama
  • Chicxulub, CH
  • Nathanaël Chollet, Frédéric Karam
  • NOTAN OFFICE is a Brussels based architecture and urban design practice. It relies on temporary associations between Frederic Karam and other architects, landscape architects, artists, urban planners, and more technical advisors. The idea is to adapt to every project that demands different knowhows and expertise; relying on this network to reinvent itself through every collaboration, each project taken from scratch, with new inputs for each contexts in attempts to find coherent answers with given budgets, contexts and geographical locations.

    .

    JOBS
    We are constantly looking for talented collaborators and interns
    We only accept digital applications in PDF.
    Send them at notan@notan-office.com
    We’ll try to contact you as soon as possible.

    .

    ADDRESS
    Av. de la Couronne 382
    1050 Bruxelles
    notan@notan-office.com
    +32 (0)488 868 115

     

     

    .

     

    COLLABORATORS: Victor Selle, Charles Dujardin, Arthur Wery.
    PAST COLLABORATORS: Isis Desmaison, Tommaso Asso, Zyad Belhaj, Sara Lapinska.